Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Scène d'attente (réédition)

par L'écrivain masqué

J’arrive. Vous m’attendiez  je crois. C’est plutôt rare. Il est vrai que ces derniers temps, mon arrivée est plutôt impromptue, soudaine et surprend jusqu’à mon hôte.

Ne faites donc pas ces mines de déterrés. Souriez, le soleil brille dehors. Je n’ai jamais compris pourquoi les chambres des malades sont si tristes, rideaux clos, vides de sons, chacun chuchote, renifle, sanglote…

Vous voilà tous vêtus de noir, pourtant l’enterrement n’est pas encore d’actualité. Le malade lutte encore, pourquoi ne l’encouragez-vous pas à se raccrocher à la vie, à quelque chose de gai, plutôt qu’à vos visages fermés? Il n’est pas dans un cercueil mais dans un lit. Un lit confortable, douillet. Un lit d’hôpital, soit mais un beau lit blanc, tiré à quatre épingle, orné comme un millefeuille, entouré de vos ombres noires et moroses. Car la famille est là, ou du moins ceux qui ont pris le temps de venir.

Quatre personnes, fichtre, ça fait du monde ! Ça aussi c’est plutôt rare !

Ah, je reconnais un air de famille,  ressemblance frappante de la forme du visage, même physionomie générale…là, ce sont...les deux frères et voilà la sœur. Qui peut bien être cette jeune femme en retrait ? Une épouse ? La fille du frère le plus âgé ?

Allez, ne faites pas ces têtes ! Vous m’attendiez, ou du moins deux d’entre vous, et fortement ! Vous m’espériez de tout votre être. Et je ne parle pas de ce cher malade qui n’en peut plus de souffrir…

Je vois vos corps las, tous minés par ces heures passées sous le joug du verdict médical. Allez, riez, la vie est un jeu ! Parfois elle vous apporte sur un plateau l’objet de vos attentes les plus secrètes. La vie est une scène, j’arrive pendant l’entracte, préparez-vous à jouer le dernier acte…

 

Me voici près du malade. Ah, mais il s’agit de votre mère. Malgré son masque livide, la femme est belle. Droite, altière.

 

Me voici auprès de vous Madame, je viens vous libérer.

Non, je ne suis pas la mort mais le miracle que vous attendiez.

Une deuxième chance vous est donnée.

Les médecins seront bien surpris, ah ça oui, eux qui n’attendent plus rien d’autre que la fin.

Allez, souriez…

 

Commenter cet article