Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nacre au creux de l'oreille

par L'écrivain masqué

publié dans Ecriture , Peinture , Poésie

Dans le creux d’un coquillage se cachent bien des mirages,

Dans les jeux des enfants sages se déploient des rouleaux de pages

Dans les yeux des coquillages se cachent des pavillons d’oreilles

On s’y poste comme sur une plage, on part à la chasse aux merveilles

 

La mer étend son canevas,

Couvre le sable de dentelle

Le pare d’écume et d’entrelacs

De nacre, d’algues et de ficelles.

 

Lorsqu’elle embrasse la terre

Une trace humide apparaît,

Un goût de sel et de mystère,

En prélude de ses attraits.

 

Kaléidoscope animé,

Magie d’une eau transparente

Habilitée à se parer

De mille lueurs ardentes

 

La fièvre au front des vagues

Décuple le feu de leurs bras

Défiant la vigueur des digues

En une séculaire vendetta

 

Elles touchent les pieds des dunes

Avançant inlassablement

Grâce à l’énergie de la lune

Elles rivalisent avec le vent

 

Chorégraphie renouvelée

Flots ondulant,roulant, sifflant,

Bougez au rythme des marées

Et ravivez nos yeux d’enfants !

 

Eaux infiniment assoiffées

De vie et de démesure

Vagues ivres de liberté

Vos chants grondants, vos murmures,

Savent se faire écouter,

Ouvrir les cœurs les plus durs.

 

Sachez que si l’océan résonne dans le creux des coquillages, c’est parce que l’infini y loge,

déguisé en sédiment il charrie un flot de souvenirs accessibles aux enfants de tout âge.

Ecoutez les coquillages murmurer à vos oreilles, ils se dérouleront comme une longue vue et

vous imaginerez des beautés sans pareilles qui nourriront vos envies d’absolu.

Nacre au creux de l'oreille
Odilon Redon (1840-1916) La coquille 1912 Pastel H. 52 ; L. 57,8 cm
Commenter cet article

Inès Tissandier 06/04/2015 20:26

"Sachez que si l’océan résonne dans le creux des coquillages, c’est parce que l’infini y loge,

déguisé en sédiment il charrie un flot de souvenirs accessibles aux enfants de tout âge."

ces vers m'ont beaucoup touchés, merci à vous

L'écrivain masqué 07/08/2015 21:05

Bonjour Inès, merci d'avoir déposé ce gentil commentaire comme trace de votre passage ici.

Aimedjee 07/01/2015 14:24

Dans le creux d'un coquillage, le rêve s'écoute... Et j'entends la mer qui me dit de la suivre jusqu'aux confins de l'invisible...
C'est une grande joie d'entrer une fois de plus en résonance avec toi l'Ecrivain masqué. Je t'embrasse très fort. A tout bientôt.

L'écrivain masqué 09/01/2015 11:57

Sûr qu'aux confins de l'invisible, il y aurait de quoi peindre de magnifiques paysages!
Merci d'avoir fait partie du voyage Aimedjee, je t'embrasse également.