Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ode au zéro.

par L'écrivain masqué

Le zéro est un héros maudit.                                        

Le zéro c’est moi quand je doute.

C’est toi, c’est lui et ce sont eux aussi.

C’est le vilain petit canard qui a le Oooh !  pour  frère.

C’est celui que tout le monde fuit.

Car le zéro roule sa bosse sur la route des médiocres.

 

Lorsqu' il croise son ami le froid,

Il  ondule entre glace et eau,

Il devient coquet et se poudre la face.

 

Quand le zéro attire dans sa sphère ovale,

Comme la bouche du vent qui souffle un chant glacial,

C’est un vide béant qui fascine, émerveille,

Alors, d’hypnotiques ondes scandent le zéro soleil.

 

Le zéro nous aspire et nous  happe dans son halo fragile.

Il est une ronde dans laquelle tournoient d’autres mondes.

Des mondes souterrains, en deçà du visible.

 

Le zéro c’est un œil avec son cerne tatoué et son sourcil levé.

Il est un début et il est une fin.

Roi du compte à rebours

Il est à l’aube de nos jours

Arborant  une mystérieuse tiare- éphéméride

Il  siège et  demeure inchangé.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

 

Parfois, du zéro naît l’oubli

Comme une parenthèse, un repli,

Un enclot, refuge du néant,

Et pourtant porteur de  promesses.

 

Ajouté à une boisson quelconque,

Il peut être une  bulle légère et pétillante

Pour ceux qui ne veulent rien.

                                                                                                                         

Nombreux sont ceux qui le convoitent

Car, multiples et bien alignés

S’ils suivent certains leaders chiffres

Ils pèsent lourd sur du papier.

 

C’est un fin stratège.

Il absorbe, multiplie, décuple, annule, inhibe…

Le zéro a la valeur que chacun veux bien lui donner

Finalement notre héros maudit,

Ce jeune héros cité,

Il se nomme aussi  GENEROSITE

(Et ceci est son ode).

 

Commenter cet article