Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Larmes sans fond

par L'écrivain masqué

publié dans Écritures automatiques

Étrange phénomène qu’une larme qui coule.

Extension du domaine sensible, goutte extraite d’un lac intérieur à la condensation mystérieuse.

Extraction de l’âme et du corps en une forme transparente et éphémère.

 

Larme : perle de joie, de souffrance, de tristesse, de froid, de colère ou même de nostalgie.

D’apparence si légère, palimpseste chargé d’histoires infinies.

La larme est une arme qui désarme, désempare, désarçonne.

Elle prête à émouvoir, à rapprocher, elle se fait communicative, elle abolie les différences

par compassion ou par expansion.

 

C’est une source jamais tarie, une eau renouvelée qui jaillit du plus profond de l’être.

Un miracle journalier porté par chacun, un rappel à l’ordre qui montre notre précarité.

Une main tendue vers l’autre, le miroir d’émotions communes.

 

Et s’il existait un lieu sanctuaire, une réserve naturelle, un site invisible qui serait un

recueil des larmes versées par les hommes depuis le premier jour ?

Une larme de joie pour cent larme de fiel.

Des étendues d’eau, miroirs si lisses, où trembleraient les sursauts d’espérances mortifiées.

Des décennies de larmes déversées ou s’étendraient les émanations des émotions humaines.

 

Larmes partagées, communion dans la joie ou la douleur.

Larmes extraites du profond de la matière vouées à disparaître.

 

Elles s’écrasent, s’évaporent, s’évanouissent, pour renaître à nouveau aux rives de l’œil.

Avec toujours une émotion nouvelle, comme si chaque larme était la première.

Avec l’espoir fou d’être, peut-être, enfin, la dernière larme.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Carolyn Attitude 24/10/2014 11:12

Très beau texte, rien à dire j'adore

L' écrivain masqué 24/10/2014 19:24

Merci de le dire Carolyn, les retours des lecteurs/blogueurs sont importants et toujours agréables. A bientôt!