Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crescendo (réédition).

par L'écrivain masqué

Un petit carillon sonna lorsque Martin poussa la porte de la boulangerie.

« Bonjour. » lui dit la boulangère.

« Bonjour, une tradition, s’il vous plaît. » répondit Martin.

« Un euro dix. »

Martin lui tendit des pièces, récupéra sa baguette, remercia la femme et sortit.

...........................................................................................................................................

La sonnerie fluette d’un carillon retentit tandis que Martin poussait la porte de verre.

Une bonne odeur de pain chaud fit saliver ses papilles. Une femme, postée derrière le comptoir, leva la tête alors qu’il pénétrait dans le petit commerce.

« Bonjour » dit-elle à Martin.

« Bonjour » répondit celui-ci en souriant. « Je voudrais une tradition s’il vous plaît »

« Ah, elles sortent justement du four ! Un euros dix » claironna la femme en attrapant une baguette dorée parsemée de farine.

Martin piocha dans son porte-monnaie puis lui tendit des pièces. La baguette chaude craqua dans ses mains lorsqu’il la récupéra. Il dit merci, fit volte-face et sortit.

..............................................................................................................................................

Un carillon à la sonnerie enrhumée manifesta mollement l’arrivée de Martin dans la boulangerie.

Alors que Martin lâchait la poignée poisseuse de la porte d’entrée, la boulangère étouffa un bâillement.

« Bonjour » dit-elle en chassant une mouche.

« Bonjour » répondit Martin.

Le soleil brillait derrière les stores baissés, midi sonna à l’horloge du village. La chaleur qui régnait dans la pièce était déjà étouffante.

Martin regarda un instant l’étalage de gâteaux. La mouche tournait autour de la tête de la boulangère, une ronde au ralenti qui ne semblait nullement gêner cette dernière.

« Une tradition s’il vous plaît Madame. »

« Un euro dix. » lui marmonna la boulangère en attrapant lentement l’une des baguettes posée sur l’étagère en rotin.

Martin chercha son porte-monnaie dans ses poches puis extirpa deux pièces qu’il tendit à la femme.

Celle-ci les enfourna dans ses gros doigts, les jeta dans sa caisse et lui tendit sa baguette.

Le pain était chaud sous les doigts de Martin et lui picota la paume.

« Merci, au revoir » dit-il.

La femme tapa sur la mouche avec ses deux mains. Martin tourna les talons prestement et sortit.

..............................................................................................................................................

Après avoir conduit durant des heures sur de petites routes de campagne, Martin sentit qu’il avait faim. Il aperçut à quelques mètres une enseigne avec un épi de blé et se gara sur le côté. Les notes fatiguées d’un carillon se firent entendre lorsque Martin poussa la lourde porte de la boulangerie. Il fût surpris par la chaleur suffocante.

Seule, la boulangère attendait derrière son comptoir. Le soleil brûlait les stores baissés, plombant la pièce de nuances jaunes orangés. Le visage de la femme était cramoisi et de grosses gouttes coulaient de ses tempes. Quelques mouches voletaient en carré, semblant se heurter aux murs de mini prisons invisibles.

« Bonjour. » dit Martin.

La boulangère s’épongeait le front avec son tablier. Une grosse miette de pain était logée au-dessus de son oreille droite. Le bleu de ses yeux semblait vouloir dégouliner avec le reste de son visage.

Sa peau était molle, flasque et brillait d’une lueur beige, évanescente. Une peau de brioche ramollie et suintante. De mini gouttelettes luisaient au-dessus de ses lèvres sans teinte. Elle passa sa langue sur sa bouche et bu avidement les gouttes de sueurs. Puis elle regarda enfin Martin.

L’air s’était retiré de la pièce, les mouches nageaient dans des carrés de plombs. Les jambes de Martin lui semblaient aussi lourdes que si elles avaient été engluées dans de la résine solidifiée. Il jeta un coup d’œil sur le présentoir à la recherche d’un sandwich mais il ne vit que des gâteaux fondus, ramollis. Des concentrés de sucre aplatis, de chocolat coulant, de crème se liquéfiant.

Martin se sentit envahit d’une torpeur. Était-ce les heures de route effectuées dans la chaleur de ce mois d’Août caniculaire, enfermé dans la carlingue de sa vieille Peugeot à la climatisation déglinguée, qui l’avait épuisé ? Il se secoua, chassant l’engourdissement et dit :

« Une brioche aux oignons s’il vous plaît »

Les deux gros yeux vides cernés de rimmel bleu coulant de la boulangère étaient toujours fixés sur lui. Elle dit d’une voix lointaine :

« Un franc pour la brioche. »

Les pièces semblaient peser une tonne lorsque Martin les tendit à la femme. Ses doigts effleurèrent la paume moite posée devant lui. Le regard de la femme le happa, il se sentit tomber dans le vide absolu de ses yeux. Ses pupilles, comme deux grosses mouches noires, avaient été clouées au pilori d’un ciel sans fond.

D’un coup de langue rapide elle attrapa au vol une goutte qui coulait sur sa joue. Martin sentit que des gouttes de sueurs commençaient à se former sur son propre visage. Pourtant un frisson glacé lui parcourût l’échine.

Il prit sa brioche aux oignons. Durant un instant qui parut durer une éternité la boulangère le fixa de son regard transparent percé de deux grands trous noirs vrombissants puis elle lâcha le petit pain rond.

Celui-ci était aussi sec et lourd qu’une pierre. Martin remercia la femme et sortit aussi vite qu’il pût.

............................................................................................................................................

Martin avait roulé longtemps, perdu dans les méandres de petites routes de campagne. Il aperçut un village. « Montluceau-les-fleurs-en-Bazois » annonçait la pancarte. Il vit qu’il avait enfin rejoint une départementale. Aucune fleur aux alentours, le paysage était sec et les maisons éparses. Un vide sidéral régnait dans ce village désert.

Tenaillé par la faim Martin fut ravi de découvrir la présence d’une boulangerie ouverte et se gara aussitôt.

Lorsque qu’il poussa la porte, il lui sembla entendre le son aigu et bref d’une sonnette qui rendait l’âme. Il entra et fut accueilli par une chaleur suffocante.

Une femme brune se tenait debout derrière le comptoir. La tête penchée vers l’arrière à s’en briser la nuque, elle fixait quelque chose sur le plafond.

Martin lui dit poliment bonjour mais n’eut aucune réponse en retour. Il s’approcha, leva la tête et chercha des yeux ce que regardait la femme. Un petit fil d’araignée, vestige de ce qui fût jadis une toile, se balançait sous le souffle infime d’une brise invisible.

« Bonjour » réitéra Martin en regardant à nouveau la femme. Il reçut la même indifférence en retour.

Embarrassé il observa à nouveau la toile puis la femme et enfin le présentoir ou d’appétissants sandwichs trônaient en grand nombre enveloppés dans des emballages de cellophanes. Puis Martin entendit la femme murmurer. Il tendit l’oreille. Elle pencha légèrement la tête et dit doucement :

« C’est dans ta tête, c’est dans ta tête. » Martin s’éclaircit bruyamment la gorge.

« Veuillez m’excuser Madame, je souhaiterais acheter un sandwich jambon beurre, est-ce que vous faites des formules ? »

« C’est dans ta tête, c’est dans ta tête. ».

C’était une femme gracile à la peau très blanche, presque translucide. Martin pouvait voir les veines bleues vertes sur son cou tendu.

Un bourdonnement furieux attira son attention. Légèrement en retrait une deuxième femme se tenait dans l’embrasure d’une porte que Martin n’avait pas remarquée. Une ressemblance frappante avec la Joconde lui donnait un air étrange. Encore plus étrange était le paquet qu’elle tenait entre ses bras. Emmailloté dans des langes blancs, une énorme mouche de la taille d’un bébé émettait des vrombissements et de petits sons stridulants.

« Chut ma belle » lui fit la Joconde « Tiens, tu as faim. » et elle lui fourra un biberon dans la bouche.

Le bébé mouche toussota, sortit une petite langue bleue puis se mit à téter goulument.

La femme à la tête levée daigna enfin s’arracher de sa contemplation et baissa sa tête de mouche vers Martin. Dans le regard qu’elle lui lança il comprit qu’elles ne proposaient pas de formules, qu’il ne gouterait pas de ces succulents sandwichs mais que surtout il ne sortirait pas vivant de cette boulangerie.

..............................................................................................................................................

Martin se faufila dans les ruelles sombres en courant. Vite, il fallait qu’il se dépêche. Il se mit à courir.

Il manqua de se faire renverser en traversant la route. Enfin, il était arrivé…mais trop tard, le volet métallique de la boulangerie était baissé. Il ne mangerait pas de pain ce soir.

Commenter cet article

Cécile-Natacha Carle-Bezsonoff 24/07/2014 16:37

Etonnant et très fort! bravo pour ce texte...

Lécrivainmasqué 26/07/2014 00:54

Merci beaucoup et bienvenue! C'est une joie de vous retrouver par ici.

Valérie 22/07/2014 12:55

On dirait du vécu .. :-DDD hâte d'en lire davantage ;-))) formidables descriptions ...
Bises
Et oui j'y pense j'y pense :-))))

Lécrivainmasqué 26/07/2014 00:51

Du vécu...un peu vu que je visualise beaucoup les scènes lorsque j'écris! :-)))

Shula Rajaonah 18/07/2014 17:19

Chaque récit est génial, une histoire en plusieurs scénarios! Quelle idée de génie!!!

Shula Rajaonah 27/07/2014 00:54

Je vous remercie pour la référence, je tâcherai de lire ce fameux texte. J'aime beaucoup les adaptations, les détournements de signes ou histoires. Ce qui m'intéresse aussi est la manière dont l'auteur de la réédition/remake use de manière subtile ou évident les références ou clins d'oeil à l'oeuvre d'origine.
Je reviendrai sans doute à vous après avoir lu le texte "Crescendo".

Lécrivainmasqué 26/07/2014 00:48

Merci à vous mais l'idée de génie sur la construction du texte en crescendo ne vient pas de moi. Elle m'a été proposée en atelier d'écriture après la lecture du texte "Crescendo" de Dino Buzzati ( vous pourrez le lire dans le recueil de nouvelles "Le rêve de l'escalier").
Le thème du crescendo m'a beaucoup plu...il faut dire que j'ai une nette tendance à l'extrapolation! :)

Tagadi 23/06/2014 18:38

De superbes descriptions; il suffit de fermer les yeux pour être transportés dans cette boulangerie ma foi fort surprenante!

Lécrivainmasqué 23/06/2014 22:33

Merci Tagadi et bienvenue par ici!

Gwenangel 12/06/2014 20:39

ah je suis frustrée de ne pouvoir écrire MOUCHE avec Montluceau (l'Horreur) : il me manque le H nom de Zeus ! (anagramme)

H comme (scénario d') Horreur :-D

ce merveilleux village nous aurait également permis d'écrire MOUCHE bleue : le nom de cette délicieuse boulangerie !!! c'est tout de même fâcheux de ne pouvoir composer le nom d’une si savoureuse enseigne ! LOL

Gwenangel 13/06/2014 21:13

complètement écroulée de rire !!!

j'adore votre H-umour, noble moucHe ;-)

j'espère sincèrement que les cHarmants boulangers ne se f-Hâche-ront (fâcheront) pas en lisant ces espiègles délires :-D

pour me faire pardonner, j'embrasse toutes les moucHes de Montlu-cHaud, oups tous les H-abitants, et, bien entendu, je n’oublie pas l’Écrivain zHorro (euh écrivain avec un H ? j'ai soudainement un doute, effet vendredi 13 !) LOL

très bon week-end à vous :-))

Lécrivainmasqué 12/06/2014 22:09

Merci Gwenangel, bien vu!
C'est sûr, le village aurait pu s’appeler Montlucheau-les-fleurs-en-Bazois (mais cha fait pas chenchachionel) ou alors Moucheau-fleur-en-Bazois (mais ça fait tout de suite mouche, pardon...louche). Pour vous consoler, je vous rassure, les propriétaires de cette boulangerie ne manquent quant à elles pas de hache!
A bientôt! :-D