Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez le conte et vous verrez où il mène.

par L'écrivain masqué

Un jeune mouton mange des papillotes (je sais, c’est peu commun mais c’est un mouton rebelle, doublement peu commun…). Il lit à son voisin une citation auréolée d’effluves au chocolat :

« N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace. Ralph Waldo Emerson. »

« Hou la, la, encore un illuminé qu’a du finir seul et affamé ! » dit l’autre mouton en mâchonnant un pissenlit.

Le mouton rebelle réfléchit, après un long moment de silence, il demande :

« Pourquoi ? Pourquoi penses-tu qu’il a dû finir seul et affamé ? »

« Mais parce qu’il faut au contraire ne pas s’éloigner du chemin, le danger se trouve par-delà les ornières, il guette embusqué dans les fourrés. Et puis parce qu’il faut rester groupés, on est plus en sécurité en étant en grand nombre, c’est bien connu : l’union fait la force ! »

Le jeune mouton médite. Après un long moment de silence il demande en montrant l’horizon:

« Que font ces hommes dans ce pré ? »

« Ils se prennent pour des moutons. Et puis ce n’est pas un pré, c’est une ville. Ils y sont de plus en plus nombreux, tu vois, ils ont compris que l’union fait la force ! »

« Pourquoi font-ils comme nous ? Je croyais que les hommes pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient, aller et venir n’importe où sur la terre. »

« Va savoir ce qu’il se passe dans la tête de ces animaux. Ils se prennent pour des Dieux mais ils n’ont fait qu’observer toutes les espèces et copier leurs coutumes. On appelle cela du plagiat…oh et puis tu poses trop de questions, mange et tais toi !»

Le jeune mouton, après une nuit de réflexion se leva de bon matin avec un plan d’évasion. Il creusa la terre à l’endroit le plus meuble du pâturage et se fit un passage sous la clôture. Après une heure de dur labeur, alors que le moment du lever approchait pour les siens, il se glissa sous les barbelés et respira comme un vent de liberté. Il avait décidé de faire comme les hommes: il passerait sa vie à observer les autres et tirerait des leçons des apprentissages de chacun. Etre un mouton sélectif et copier le meilleur pour rapporter à ses frères et sœurs un best of , un manuel comportemental qui leur servira de bible. Ainsi les moutons deviendront peut-être aussi puissants que les humains.

Le mouton commença son périple qui le mena si loin qu’il se retrouva en Inde, sur le plateau du Deccan, quelque part dans le Maharashtra, aux abords de la ville de Nashik. Il fit preuve d'une telle sagesse et d'une telle connaissance du monde qu'il fut le premier de son espèce à être reconnu « Mouton Sacré ». Sa vie lui convenait si bien qu’il oublia les siens et se prit vraiment pour un mouton sacré. Tout était pour le mieux car, de toute façon, les siens l'avait accusé de haute trahison, un mandat d’arrêt avait même été lancé contre lui avec menace de l’envoyer au bûcher s’il remettait les pattes dans le pré.

Entre temps notre mouton écrivit une biographie dans laquelle il revendiquait une étrange descendance avec Daksha, fils du Dieu Brahmâ (celui là même qui parvint à déclencher la colère de Shiva, au point de se faire décapiter et d'être condamné à vivre avec une tête de chèvre à la place de sa sérénissime caboche). De nombreux adeptes l’adulèrent et il finit par se prendre pour un Dieu. En hommage à son grandissime prétendu ancêtre, il programma une opération chirurgicale durant laquelle il devait se faire couper la tête et remplacer celle-ci par une tête de jeune homme. Malheureusement l’opération se déroula très mal et il mourut d’une hémorragie. Comme il l’avait stipulé dans son testament, sa dépouille fut ramenée dans son pré où un mausolée fut érigé.

Celui-ci était couramment vandalisé car une milice secrète menait des commandos de nuit et badigeonnait le monument d’excrément et de propos injurieux. Manger des papillotes fut totalement proscrit chez les moutons et le parlement vota même une loi pour interdire tout aliment chocolaté aux moutons mineurs.

« Et voilà ce qui arriva à ce malheureux mouton : vouloir se prendre pour un homme l’a rendu chèvre. »

La vieille brebis avait fini son histoire, la classe était presque terminée, elle regarde avec une grande satisfaction les lueurs de peur dans les yeux des agneaux.

« Nous sommes des moutons, il ne faut jamais sortir du lot ! Gardez bien votre rang, suivez vos chefs de clan.Le danger est partout et parfois même, vous êtes votre propre ennemi. Cultivez votre modestie.»

(Bon d’accord, cela fait plusieurs morales et bien: à vous de choisir celle qui vous convient! Vous pouvez aussi choisir d'adhérer à la citation de Ralph Waldo Emerson, dans ce cas attention à ne pas perdre la tête!)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Valérie 22/07/2014 13:10

Personnellement je trouve que l'idée est bonne et mériterait d'être développée ...
Bises

Lécrivainmasqué 26/07/2014 00:57

Merci Valérie (on sent que c'est le métier qui parle!). Bises!

Modilo 28/05/2014 22:06

Pas mal...
Par contre je n'arrive pas à rentrer dans l'histoire, mais une très belle écriture!

Lécrivainmasqué 28/05/2014 23:29

Merci Modilo pour ce commentaire!