Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Poème camembert.

par L'écrivain masqué

Je bois du café froid,

Traine de la chaussette,

La verve de guingois

Pirouette, cacahouète.

Des trous dans ma caboche

Ça baille dans mes méninges,

Ça tourne en anicroche,

Lumineuse comme un linge.

Y’ a plus qu’un vide abstrait,

Je vois plus en 5D,

Dépassé mon forfait

Mes idées ont brûlé,

C’est la morosité,

C’est la banalité,

Qui jouent les infiltrées.

Les mots se font la malle,

Reste un vide abyssal,

Elles ont mauvaise haleine,

Les seules idées qui trainent,

AAAAh Absconses fait chier sans le flot des pensées !

 

Commenter cet article

Fleur de lys 30/01/2014 22:41

J'aime beaucoup le rythme de ton poème, la façon dont tout s'enchaîne si bien. C'est fluide. Et dans ce passage "Les mots se font la malle, reste un vide abyssal, elles ont mauvaise haleine, les seules idées qui traînent" je me reconnais un peu. Jadore.
Bravo, continue comme ça.

Fleur de lys 31/01/2014 16:55

Avec plaisir! :)

lécrivainmasqué 31/01/2014 09:36

Merci Fleur de lys pour ce commentaire et pour tes encouragements!